vendredi 22 avril 2016

rançongiciel (V)



Petya, un redoutable rançongiciel qui prend les disques durs en otage

 

Un rançongiciel d'un nouveau genre fait parler de lui. Baptisé Petya, il piège ses victimes en détournant le service de partage de fichiers Dropbox avant de... Futura Sciences »

mercredi 20 avril 2016

R - barbarie

L'antispécisme ou le début d'une barbarie nouvelle ( Le Figaro)

TRIBUNE - Pour la philosophe Chantal Delsol, prétendre que les animaux sont des personnes revient non pas à les élever mais à diminuer le statut de la personne humaine.





















Éthologie

L'antispécisme est un mouvement d'opinion. Il estime que tous les vivants sont des animaux et que d'une manière ou une autre il faut traiter tous les vivants de manière aussi respectueuse. 

C'est un mouvement d'opinion humain. Et il ne concerne que l'humain et la vision qu'ils ont des autres vivants. 

D'un point de vue darwinien, du point de vue de tous les vivants, les espèces les mieux adaptées se développent et les espèces les moins adaptées régressent jusqu'à disparaître. 

C'est une loi sur laquelle les vivants n'ont aucune influence. L'espèce qui disparaît ne sait pas qu'elle disparaît et si elle le sait, elle n'y peut rien. Les Européens ont pris la place des Amérindiens. A posteriori, c'était inévitable: que peut faire un humain à l'âge de la pierre contre un humain à l'âge de l'industrie? C'est,également, toute l'histoire de la colonisation de l'Afrique au XIX°. Mais à la différence des États-Unis: les Européens ne s'y sont pas installés de manière aussi massive qu'aux Amériques.

La question peut se poser de la manière suivante: qui va l'emporter chez tous les humains: les spécistes ou les antispécistes? Pour l'instant depuis plus de 10 000 ans, les spécistes dominent de manière écrasante. 

Les antispécistes sont apparus depuis une petite centaine d'années, à l'époque où les humains sont passés de 2 à 7,5 milliards d'humains et 

- Ils ont fort augmenté leur consommation quotidienne de viande. Les abattoirs sont devenus de lieux infréquentables. Il serait intéressant de faire passer au moment de grande audience le film du déroulement de la mise à mort des animaux qui fournissent la viande. Les humains n'ont jamais été aussi cruels vis à vis de tous les animaux qu'ils consomment. Il ne s'agit pas de mise à mort mais de la souffrance infligée avant la mort.
- Les surfaces occupées par les humains pour leurs 24h d'activité quotidienne se fait aux dépens des surfaces de tous les autres vivants. 

On parle de 6° extinction

C'est cette prise de conscience latente ou explicite du non respect des autres vivants qui alimentent les troupes des antispécistes.

Mais ils n'auront jamais la majorité car la population continue à augmenter donc il lui faut plus de viande et plus d'espace. 

Est-il trop tard pour les humains? Vont-ils commencer à disparaître? La population humaine n'aurait pas du ne pas dépasser le milliard d'individus? L'avenir est-il à la barbarie s'il y a de moins en moins de viande et de moins en moins d'espace? Spécisme et antispécisme ne sont-elle qu'une fausse querelle?

 Personne ne le sait car c'est l'évolution qui mène le jeu.
 Copyright GS

lundi 18 avril 2016

R - complexité



Cover

Article en anglais : "l'importance de la population ne peut expliquer les changements de la complexité culturelle du passé".

PNAS - 1° mars 2016

Population size does not explain past changes in cultural complexity


Éthologie

Il est possible que l'importance de la population ne puisse expliquer les changements de la complexité culturelle du passé mais l'importance de la population est à l'origine de l'évolution des ressources de vie des humains.

L'espèce humain sapiens apparue il y a environ 200 000 ans passe par trois modes de production importants:
- le mode de production humain ( chasseurs cueilleurs) de 200 000 ans à 10 000 ans avant aujourd'hui et qui les fait passer de quelques milliers à quelques millions d'individus.
- Le mode de production domestique ( domestication des animaux et des végétaux - les révolutions agricoles) de 10 000 ans  à 3 000 ans avant aujourd'hui - avec des variantes régionales - qui les fait passer de quelques millions à quelques dizaines de millions.
- Le mode de production industriel ( domestication du non-vivant - depuis l'âge du fer jusqu'à l'âge du nucléaire) à partir de 3000 ans avant aujourd'hui à aujourd'hui qui les fait passer à 7,4 milliards en 2016. 

Cette évolution est une spécificité humaine. 

Les vivants non-humains évoluent sur des périodes qui se calculent en millions d'années depuis l'apparition des multicellulaires à l'époque cambrienne. Ils augmentent en nombre en fonction des ressources alimentaires dont ils peuvent disposer et en fonction des mutations génétiques qui favorisent les mieux adaptés aux dépends des moins adaptés. Au XIX° siècle, aux États-Unis, les pigeons migrateurs ( la tourte voyageuse) se comptent par milliards et en 1914, les humains les ont tous éliminé. 

Les humains sont passés de quelques milliers, il y a 200 000 ans, à 7,4 milliards en 2016 grâce à leurs mains. 
- dans le mode de production humain, pour trouver ses ressources de vie ( tout ce qui lui permet de vivre depuis la fusion de deux cellules sexuelles femelle et mâle jusqu'à sa disparition) il chasse et cueille et utilise ses mains comme outils pour travailler le bois et la pierre. 
- dans le mode de production domestique, grâce à ses mains et à sa sociabilité, il crée des outils et des armes collectives pour l'agriculture et la vie de groupes de plus en plus grands. 
- dans le mode de production industriel, il poursuit avec succès la création de nouveaux outils et armes et ses groupes deviennent encore plus importants telles que les États, les villes, les lieux de production etc .... 

Cette évolution des humains est extrêmement rapide et très courte au regard de la durée de l'éon phanérozoïque qui a débuté il y a 540 millions d'années avec l'apparition des vivants multicellulaires.

Elle est intimement liée à l'existence de mains et de sociabilité ( cette dernière est commune à un grand nombre d'animaux) mais fragile. Supposons qu'une épidémie analogue à celle du virus Zika  qui provoque la microcéphalie fasse disparaître les mains des humains: en l'espace d'une vie de 80 ans environ, tous les humains disparaissent de la Terre. 
copyright GS

samedi 16 avril 2016

R - antispéciste























Aymeric Caron  - Antispéciste

Éthologie

Les humains sont une espèce des vivants terrestres apparus il y a 2 à 3 milliards d'années. Ils sont soumis aux mêmes lois que tous les vivants non humains. Leurs spécificités ce sont leur deux mains. Leur cerveau est le plus complexe de tous les animaux et leur molécule ADN, l'une des plus riches de tous les vivants. Ils s'estiment supérieurs à tous les autres vivants. Pourquoi pas! Toutes les autres espèces pensent la même chose et aucune ne vient se soumettre - spontanément - à l'autorité d'une autre.

Il y a 70 000 ans, les humains ne savaient pas qu'en 2016, il y aurait 7,4 milliards d'humains. Il paraît évident que lorsque nous nous reproduisons nous ne pensons pas au nombre d'humains dans l'avenir.

L'antispécisme, c'est le respect de tous les animaux, l'opposition au racisme anti-animaux qui les traite uniquement comme une ressource de vie pour l'humain, dans le meilleur des cas. L’antispécisme amène les humains à devenir végétariens. 

Est-ce normal? Pourquoi est-il plus légitime de se nourrir de végétaux plutôt que d'animaux ? Tous les animaux ont un ancêtre commun les uns avec les autres, certes. Mais c'est vrai également de tous les vivants. Il suffit de remonter plus haut dans le passé. Tous les vivants ont un ancêtre commun les uns avec les autres

Les humains ne devraient donc pas manger de végétaux, non plus. Pour ne pas manger de végétaux, les humains comme les animaux devraient comme les végétaux se nourrir directement de l'énergie solaire et de la chimie ambiante et souterraine. 

C'est, hélas, impossible.

Les animaux ont un cerveau parce qu'ils doivent se déplacer pour se nourrir de végétaux et d'animaux d'autres espèces. Ce n'est pas le cas des plantes. Donc tous les animaux pensent c'est-à-dire qu'ils utilisent leur cerveau alors que les arbres ne pensent pas n'ayant pas de cerveau. Ils ne sont pas plus "bêtes" que les animaux pour autant. Il suffit d'analyser la complexité de leur molécule ADN. 

Pour l'éthologie, les végétaux pensent également car vivre c'est penser.

Faut-il alors en conclure qu'il n'est plus nécessaire pour les humains de devenir végétariens?

Le problème n'est pas d'être ou non végétarien . 

Par leur nombre, les humains semblent sur le point de détruire de plus en plus de vivants - animaux et végétaux -  au point qu'il est possible qu'une pénurie alimentaire les menace. Par leurs activités, il semble aussi qu'ils en arrivent à modifier le climat au point de le leur rendre défavorable.

Est-ce faux? Tant mieux: les humains sont coutumiers des peurs millénaristes et une fois celle-ci passée, ils attendront la suivante.

Mais si les catastrophes annoncées vont véritablement avoir lieu? Et bien, il est trop tard. Le volant d'inertie va à une telle vitesse - 1 milliard d'humains en 1800 puis à partir de 1929, 1 milliard tous les 20 ans - que rien ne peut l'arrêter même pas une guerre - la Seconde Guerre Mondiale n'a "fait que" 100 millions de morts.

Et alors ...

Après tout, les humains ne sont qu' "un milliardième de nano-poussière" dans l'univers. Avant les humains, il y a  de splendides vivants dans de splendides univers . Et après, il y en a d'autres. Et si ce n'est ici, c'est ailleurs.
Copyright GS 

samedi 9 avril 2016

R - nucléaire


France Culture ( Terre à terre)

Site Global Chance : http://www.global-chance.org/index.php

En finir avec le nucléaire: pourquoi et comment
En finir avec le nucléaire: pourquoi et comment Seuil, 2011 

 
Déchiffrer l'énergie
Déchiffrer l'énergie Belin, 2014

Éthologie
La possibilité d'utiliser de l'uranium pour chauffer l'eau qui produit de l'électricité est la conséquence des découvertes en la matière réalisées au début du 20° siècle.
L'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (ANDRA) est chargée de la gestion des déchets radioactifs en France.

 En 2010, la France évaluait à 1 320 000 m³ son volume de déchets radioactifs, lequel devrait s'élever à 2 700 000 m³ d'ici 2030 selon l'ANDRA28.

 Périodes radioactives de quelques isotopes:
 
isotope période
iode 131I 8,0207 jours
césium 134Cs 2,0648 ans
krypton 85Kr 10,76 ans
tritium 3H 12,32 ans
strontium 90Sr 28,78 ans
césium 137Cs 30,15 ans
carbone 14C 5 730 ans
plutonium 239Pu 24 110 ans
iode 129I 15,7 millions d'années
plutonium 244Pu 80,8 millions d'années
uranium 235U 703,8 millions d'années
uranium 238U 4,4688 milliards d'années
thorium 232Th 14,05 milliards d'années

 Le Big Bang aurait eu lieu il y 13,8 milliards d'années.

jeudi 24 mars 2016

R - cannibalisme

Le Manège - Feignies -

Mangez-le si vous voulez  de et avec  Jean Christophe Dollé

Résumé.
Des paysans lynchent et massacrent un homme bon et innocent, le 16 août 1870, dans le Périgord. 



Éthologie
Voici ce que dit Wikipedia de cet évènement: Le 16 août 1870
 
L'auteur de la pièce a faussé trois éléments fondamentaux  de cet évènement:
- Le litige ne porte pas sur le prétendu soutien de la victime à la Prusse mais sur son opposition à Napoléon III et son engagement républicain.
- Il n'y a aucune femme en jeu dans l'évènement. L'ajout de la ménagère, de l'amante et de la femme nymphomane de l'instituteur  donne à cette pièce une vision traditionnelle de la femme qui n'a plus lieu d'être de nos jours même si on la retrouve encore en 1973 dans "la Maman et la Putain".
- Alain de Monéys est un aristocrate qui possède 80 hectares à un moment de crise agricole et politique qui fait penser plutôt à une mini jacquerie avec les excès que l'on connaît lors de tels évènements.

L'auteur répond qu'il n'est pas historien et qu'il est libre de créer. C'est vrai. Mais il aurait du ajouter à sa pièce l’habituel avertissement: " Ce récit est une œuvre de pure fiction. Par conséquent toute ressemblance avec des situations réelles ou avec des personnes existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite."
Copyright GS